A6A atelier 6 architecture projet

  • image033/033_image_01.jpg
  • image033/033_image_02.jpg
  • image033/033_image_03.jpg
  • image033/033_image_04.jpg
  • image033/033_image_05.jpg
  • image033/033_image_06.jpg
  • image033/033_image_07.jpg
  • image033/033_image_08.jpg
  • image033/033_image_09.jpg
  • image033/033_image_10.jpg
  • image033/033_image_11.jpg
  • image033/033_image_12.jpg
  • image033/033_image_13.jpg
  • image033/033_image_14.jpg
  • image033/033_image_15.jpg

< >

Cimetière de Sablonceaux

Janvier 2013


Programme: extension d’un cimetière
Commande: commune de Sablonceaux
Superficie: 2517 m2
Coût des travaux: 127 880 €HT
Phase: livraison Mai 2014
Situation: Sablonceaux (17)
Équipe: A6A (mandataire), B. Ragonneau architecte DPLG (associé), A2I Infra
Publications: Divisare


Le projet d’extension du cimetière de Sablonceaux a représenté pour nous la première opportunité d’intervenir sur un site classé. Un moyen de réaffirmer notre point de vue sur une architecture située, capable de bousculer et surprendre tout en s’insérant respectueusement dans son contexte. Une architecture à la fois touchante, contenue et expressive.

Le projet se situe au pied de l’Abbaye, dans le prolongement de l’ancien cimetière. Sur un terrain en pente douce vers un cours d’eau, dans un rapport proche avec le territoire, il cherche à s’intégrer délicatement sans modifier la topographie. Ainsi, le nouveau cimetière se lit comme une ligne dans le paysage, une nouvelle strate.

Les éléments construits viennent souligner l’Abbaye. L’emploi du béton de site constitue le liant entre notre intervention et l’existant. Nous voulons établir une continuité dans les matériaux, fondée sur leur vérité expressive. Aller chercher le calcaire là où les pierres de l’Abbaye ont pu être extraites. L’employer différemment, d’une manière contemporaine. Puiser dans la mémoire du lieu. Ces murs marquent la nouvelle entrée et invitent à contempler sous un nouvel angle le monument. Un parcours se définit autour de celui-ci, accentué par la déclivité du terrain. A l’intérieur, le colombarium s’élève face à nous, cachant et révélant le mur existant, dans un jeu de profondeurs et de rythmes qui met en évidence la pierre présente, le temps qui passe.

Une plate-forme surélevée, comme un promontoire sur le paysage, établit la transition entre l’ancien cimetière et son extension. C’est sur elle que le Jardin des Souvenirs prend place. Il devient un lieu de recueillement singulier, tenu par la force expressive des voiles béton. Un lieu privilégié pour contempler le paysage filer au loin, chercher un horizon dans la plaine charentaise, une ­position pour réfléchir aux chemins parcourus.